les p'tites actus

JNA

Le 9 Mars 2017 de 10h à16h30

Portes ouvertes!

Venez nous rencontrer!

Plus d'info dans notre onglet Actualités

LSF: Niveau 1

et LPC


Nouvelles Dates!

 

Formations LPC & LSF c'est ici

Impôts:

 

Retrouvez la rubrique "Impôts" dans l'onglet "Dossiers".

 

Informations sur la taxe d'habitation/abattement

 

en faveur des personnes handicapées.

Besoin d'aide Contacts

LSF

 

La Langue des Signes Française (LSF)

 

Histoire
Pendant longtemps, les sourds, isolés, n’ont pu enrichir leurs langues signées et ont dû se contenter d’une gestuelle simpliste ; de ce fait, ne disposant pas d’une langue élaborée, leur esprit ne pouvait se structurer et il leur était donc impossible de développer des capacités intellectuelles égales à celles de leur entourage entendant (d’où l’idée répandue qu’un sourd était idiot). C’est dans les familles de sourds qu’ont pu s’élaborer les premiers fondements de la LSF, et c’est en se regroupant que les sourds ont pu enrichir leur langue.

L’abbé Charles Michel de l'Épée fut, en 1760, le premier entendant connu à s’intéresser aux modes de communication des « sourds-muets » en observant un couple de jumelles sourdes communiquer entre elles par gestes ; il découvre l’existence d’une langue des signes. Il décide alors de regrouper les enfants sourds pour les instruire. Il apprend lui-même la langue des signes grâce à ses élèves et démontre les progrès obtenus jusque devant la Cour de France. C’est ainsi qu’il peut ouvrir une véritable école pour sourds qui deviendra l’Institut national des jeunes sourds, aujourd’hui Institut Saint-Jacques, à Paris. À la mort de l’abbé de l’Épée en 1789, l'abbé Sicard lui succède et tente d’imposer un langage gestuel conventionné et agrémenté d’une grammaire de « signes méthodiques » qui sera abandonné par la suite.

Cependant, les oralistes considèrent que les sourds doivent apprendre à parler pour s’intégrer dans la société. Le congrès de Milan en 1880 - où l’immense majorité des participants est entendante - décrète l’abandon de la langue des signes dans l’enseignement. Trois raisons sont invoquées : la LSF n’est pas une vraie langue, elle ne permet pas de parler de Dieu et les signes empêchent les sourds de bien respirer, ce qui favorise la tuberculose. Cette interdiction dure près de cent ans, pendant lesquels les professeurs sont entendants et utilisent exclusivement la méthode oraliste. Cependant, malgré l’interdiction de signer en classe, la LSF ne disparaît pas, les sourds se la transmettant de génération en génération, la plupart du temps pendant la récréation.

En 1991, la loi Fabius favorise le choix d’une éducation bilingue pour les sourds : LSF et le français écrit et oral. En février 2005, une loi institue la LSF comme langue officielle en France.

Aujourd’hui, des instituts ou des associations ont de nouveau intégré la LSF dans leur enseignement. Les professeurs sourds ne sont pas reconnus de façon officielle par l'Éducation nationale : les professeurs entendants signent, aidés par des éducateurs sourds.

 

 

Français signé

Le français signé est l’utilisation de signes de la LSF ordonnés selon la syntaxe linéaire de la langue française. Ce compromis naît de la nécessité de communiquer ; il est utilisé par des entendants de langue maternelle française qui ont d’ailleurs parfois une bonne connaissance des signes mais ne maîtrisent pas la syntaxe de la LSF.

Par exemple, en LSF, la phrase "J’aime cette voiture" sera signée "voiture cette aimer". Dans le français signé, le locuteur utilisera l’ordre "aimer cette voiture".

Dans l’enseignement aux jeunes sourds, le problème qui se pose est que leurs enseignants sont souvent des entendants et qu’ils n’utilisent pas naturellement la syntaxe de la LSF, mais plutôt naturellement celle du français signé, ainsi les jeunes sourds n’ayant pas de parents sourds calquent leur façon de signer sur leurs enseignants entendants (d’où la nécessité d’avoir des enseignants sourds pour la LSF).

 

 

Autres langues des signes

Il n’y a pas de langue des Signes universelle. Entre les différentes langues signées, la grammaire présente des similarités qui les distinguent des langues parlées, mais le vocabulaire diffère grandement. Il existe par exemple la langue des signes américaine (ASL), la langue des signes britannique (BSL), la langue des signes belge (Langue des Signes de Belgique Francophone, LSFB), la langue des signes québécoise (LSQ), etc.

Il existe un dialecte de la LSF, la Langue des Signes de Marseille, utilisée par un millier de personnes à Marseille, Toulon, La Ciotat et Salon de Provence. On la retrouve dans l’enseignement de la seule école du Togo utilisant les Signes.

La langue des signes européenne est une langue fusionnée à partir des sourds multi-linguistes en Suisse (Allemand, Italien, Français et Romanche) ; la langue des signes espagnole et autre langues comme l’anglais semblent rejoindre cette nouvelle langue des signes européenne en fusionnant grâce à la langue des signes internationale.